Tor

Sabcat

Le contexte

On assiste de nos jours à une mise en boite en sapin de la liberté d'expression en France. Digne d'une dictature telle de celle de Pinochet ou de Sadam Hussein, le gouvernement français actuel, marchant dans les pas de son prédécesseur, n'hésite plus à bafouer la liberté d'expression telle qu'on se l'imagine, puisque la constitution limite sa portée par la loi pour des raisons que je peux comprendre, mais pire, ces idiots mettent en coupe réglée la liberté de penser.

Sabcat

Bien le bonjour amis lecteurs. Aujourd'hui on va voir l'instalation d'un clavier Bluetooth sur un Raspberry Pi. Ou sur une Debian, ça fonctionne évidement aussi.
J'ai acheté ce clavier avec ma Freebox Revolution, afin de gérer la Freebox, de pouvoir envoyer des mails, ou de pouvoir troller sur les forums vautré dans mon canapé. Force est de constater que je ne m'en sers presque jamais et que ça m'embêterais de ne plus me servir de ce petit clavier ma foi fort sympatique au demeurant. clavier Freebox
Bon, déjà quand on achête le bouzin (environ 30€), on se retrouve avec un clavier, le dongle qui va avec et les piles et..... c'est tout. Un petit feuillet d'explications qui ne sert à rien, puisque tout est expliqué à l'écran quand on branche le dongle.
J'ai testé ce clavier sous Windows 7, ben ça fonctionne pas. Pas reconnu et pas de drivers disponibles ou même téléchargeables. Bon j'ai pas cherché bien longtemps, ni même testé sous une autre version de Windows, puisque je me fous complètement de cette plateforme. Bon, mon Raspberry Pi est installé comme serveur et je n'ai pas d'écran et donc, pas besoin de clavier. Mais on sait jamis, si j'en rachête un autre un jour... Pour tester, j'ai utilisé mon portable, un Thinkpad X200 qui est sous Debian Testing (Jessie), et qui à une puce Bluetooth intégrée. Pour l'utiliser sur le Rpi, il vous suffira juste de brancher le dongle.
Alors rentrons dans le vif du sujet maintenant. Pour installer le bluetooth, un classique :

sudo apt-get install bluetooth bluez-utils blueman

Ensuite, on repère notre dongle/puce dans la liste de notre matériel:

lsusb

Ca me donne dans mon cas :

Bus 008 Device 002: ID 05ca:1880 Broadcom Corp, Ltd

Vous devez bien-sûr activer le Bluetooth pour que ça fonctionne. Ensuite on lance un scan :

hcitool scan
Scanning ... A4:76:91:31:06:24 bluetooth keybord

Comme j'utilise XFCE comme gestionnaire de fenêtres, je ne sais pas trop où se trouve votre gestionnaire Bluetooth, mais sous XFCE, il faut faire : MENU → PARAMETRES → GESTINNAIRE BLUETOOTH
S'ouvre alors une fenêtre où on peut « marier »l'ordi et le périphérique. Vous n'avez plus qu'à taper la combinaison de chiffres sur le clavier, de valider, et c'est bon.
Votre clavier est fonctionnel et fonctionne parfaitement.
J'avoue quand-même qu'il n'y a aucun interêt à brancher un clavier sans fil sur un portable mais bon, c'est juste pour l'exemple. En tout cas, ce petit clavier est bien pratique, et la frappe est confortable. On peut le trouver à 40 € environ sur les sites marchands habituels, genre Amazon et autres sites du même genre, mais c'est évidement plus cher que chez Free.

Sabcat

Nous sommes le 26 mai 2014. Je sais, j'ai pas écrit depuis des mois (du moins sur ce blog) mais je suis un fervent partisan du moindre effort, ou je considère simplement que ma prose n'intéresse tout simplement personne, j'ai pas encore décidé. J'étais trop occupé à rien faire, ou plutôt, occupé à m'occuper de choses essentielles, comme réfléchir et profiter de la vie, choses subversives d'après la majorité des gens. Forcément, on leur rebat les oreilles toute l'année que si t'es au chômage c'est que tu le veux bien, t'es un sale cafard qu'on doit éliminer à coup de talon. C'est si simple de trouver un boulot décent de nos jours. Quand je parle de boulot décent, je veux parler d'un emploi où t'es pas exploité comme une pute par son mac, qui pense que (parce-qu'il te paye) tu lui appartiens, mais bon, c'est un autre débat. Ben oui connard (dédicace aux pucelles du forum Ubuntu.fr), si tu travailles pas pour engraisser un autre, c'est pas normal. Hors de question de bosser pour ton intérêt, ça se fait pas. Mieux vaut bosser en usine en concurrence directe avec un pauvre polonais payé 200 €/mois que de penser à ta gueule. NON. Tu dois penser en priorité à l'actionnaire qui paye (haha) avec son argent virtuel, des lobbies qui à travers BFM-TV te raconte que t'es une merde (ce que tu es certainement si tu regardes BFM). Salopard, tu me dégoûtes. Bon, ça c’est dit. Alors, de quoi je veux parler today ? Wé, je parle anglais moi, c'est de circonstances, vu que je vais vous parler d'Europe, d’élections européennes, de politique, de fourberies, d'intrigues et de suspens. L'anglais, cette langue soit disant mondiale, que tout le monde déteste, mais que tout le monde tolère (ouais, moi je balance, j'ai pas peur). J'ouvre une parenthèse, vous avez déjà remarqué que si vous parlez avec un étranger en anglais, vous vous comprenez parfaitement ? Mais si vous parlez anglais avec un anglais (ou pire, avec un amerloque), vous ne comprenez rien ? Le problème vient bien des anglamericains, pas du reste du monde. Je ferme la prenthèse. Bon, revenons à nos moutons, puisqu'on parle de politique (haha-bis). Les élections européennes sont terminées en France (ailleurs je m'en fous), et les résultats sont sans appel, même si on est bientôt le 18 juin (haha-ter). Et oui, le F.N est en tête. Damned, horreur, fuck, WTF, shit, diantre, saperlipopette.... Analysons ce résultat d'un point de vue BFM-TV : Les français sont racistes.... Sinon, pour ceux qui n'ont pas la télé (I love you) ou qui n'aiment pas rigoler à gorge déployée, les français ont envie de couper la tête à Hollande. Tout simplement. Comme quoi la politique c'est pas compliqué. Je te tue ou tu me tues. Hollande essaye de tuer les français et ils essayent de le tuer. Mon psy dirait que c'est une relation saine. Si si (merci Michel). Bon, comme mon psy dit que c'est sain, on continue. Alors, François XVI nous dit ce soir à la télé qu'il prend « toute la conscience » de la situation, qu'il en tire « toutes les conséquences », mais que tout compte fait, il s'en branle (on se refait pas, et puis Julie est partie, on fait comme on peut), et qu'il va continuer à faire ce pour quoi ses mécènes l'ont mis à sa place : Détruire la France. Ho la là... ça balance..... Bon François XVI ne le voit pas ça comme ça, c'est normal, il est con. Mais.... Imaginons qu'il soit intelligent (hahaha.....encore). Bon admettons, ce que je suis prêt à croire.... Ça voudrait dire que ce qu'il fait, il le fait exprès...... ????? (Coluche, si tu me lis...) Mais...mais.... ce serait une vraie trahison envers la France...... passible de la peine capitale..... Quelle horreur.... On est plus des sauvages en France, on va « comme même » pas (dédicace aux merdeux boutonneux illettrés qui auraient réussi à lire cet article jusqu'ici, haha qu'est-ce qu'on s'amuse) buter ce mec en place publique ???? Si ? Ha bon.... Bon, alors disons qu'on est dans une république qui protège les puissants. Admettons cette théorie. François XVI est tellement déconnecté de la réalité qu'il reste dans son monde loin des préoccupations des français.... Ou alors, soyons fous, il sait très bien ce qu'il fait, et il s'en fout de ce que les gens pensent et veulent (ce qui serait une trahison valant une visite de l'abbaye de monte-à-regret). Ce déni de démocratie vaut bien une petite lettre ouvert non ? Alors allons-y. Bon sachant que je respecte la fonction de Président de la République, je vais m'adresser à l'homme et pas à la fonction (je suis un pleutre, j'avoue).

Lettre ouverte à Monsieur François Hollande.

Monsieur François Hollande, je viens de regarder votre intervention télévisée (avec 24 heures de retard ) suite aux élections européennes et je me permet de réagir.

-Ferme ta grande gueule de faux cul et va te flinguer. Merci.

Veuillez recevoir, monsieur François Hollande, la considération qui vous est due.

Voilà. Avant de recevoir la visite de ces faux-culs des services de l'état qui n'en pensent pas moins, mais qui rêvent de leur prime de fin d'année, faute d'un petit salaire minable qu'ils acceptent sans broncher, trop contents de pas être encore polonais, je vous souhaite bonne nuit, chers lecteurs. A bientôt, peut-être.

Sabcat
Cover Image

Tout le monde se plaint des hommes politiques. Tout le monde dit: "c'est tous les mêmes, ils sont nuls." Mais d'où croyez-vous que ces politiciens viennent ? Ils ne tombent pas du ciel. Il ne viennent pas d'une autre dimension. Ils ont des parents, ils viennent d'écoles françaises, de foyers français, d'entreprises françaises, et ils sont élus par des citoyens français. C'est le mieux que l'on puisse faire. Le mieux qu'on ait à vous offrir. C'est ce que notre système produit : pourri de l'intérieur implique pourri à l'extérieur. Si vous avez des citoyens égoïstes et ignorants, vous aurez aussi des dirigeants égoïstes et ignorants. En réalité, pour justifier leur incompétence, ils veulent un peuple égoïste et ignorant. Alors peut-être, peut-être que ce ne sont pas nos politiques qui sont nuls. Peut-être que ce qui est vraiment nul, c'est... le peuple !

Oui, les Français sont cons. Ça pourrait être un bon slogan de campagne politique : "Les gens sont nuls. À bas l'espoir ! À bas l'espoir !". Parce que si c'était seulement la faute de ces politiciens, où sont les gens de bonne foi ? Où sont passés les Français intelligents, honnêtes et prêts à s'engager, à sauver la nation et à nous montrer la voie ? Nous n'avons pas de gens comme ça dans ce pays. Ils sont tous au centre-commercial en train de se gratter le cul et de se curer le nez. À sortir une carte de crédit tout en poussant un caddie rempli pour se payer une paire de baskets avec lumière intégrée.
Donc, j'ai personnellement résolu ce dilemme politique d'une façon très simple. Le jour d'élections, je reste à la maison. Je ne vote pas, qu'ils aillent se faire foutre.

Deux raisons à cela. Premièrement, c'est dénué de sens ; ce pays a été acheté et vendu, payé il y a déjà bien longtemps. Ce truc qu'ils nous ressortent tous les 5 ans, c'est une grosse blague. Deuxièmement, je crois que si vous votez, vous n'avez pas le droit de vous plaindre. Les gens aiment bien retourner cet argument – ils disent : « Si vous ne votez pas, vous n'avez pas le droit de vous plaindre », mais où est la logique là dedans ? Si vous votez, et que vous élisez des personnes malhonnêtes, incompétents qui une fois élus, vont tout bousiller, vous êtes responsables de ce qu'ils font. Vous avez causé le problème ; vous avez voté ; VOUS avez causé le problème. Vous n'avez aucun droit de vous plaindre. Par contre, ceux qui n'ont pas voté, qui en fait n'ont même pas quitté la maison le jour du scrutin, ne sont en aucun cas responsables de ce que ces gens ont fait et ont parfaitement le droit de se plaindre de la pagaille que VOUS avez créé, moi je n’ai rien à voir avec ça."

Adapté d'un texte de George Carlin.

Sabcat

J'entends de plus en plus autour de moi, de gens qui me disent d'utiliser DuckDuckGo, un moteur de recherches respectueux de ma vie privée blablabla. Je t'ai pas attendu, connard, pour prendre soin de ma vie privée, hein. Alors quand je leurs dis que ce moteur est soumis au Patriot Act, et que donc, ce moteur donne bien volontier toutes les infos que la NSA lui demande, ils me regardent avec des yeux de merlan frits, le regard vide. "Ben, sur le Internet, j'ai lu que...". Ben tu t'es fait enfler, connard (bis), comme quand Hollande te dit que le chomage baisse, c'est des mensonges. Quelques liens, histoire de dire que je ne déverse pas ma bile gratuitement.
http://etherrag.blogspot.jp/2013/07/duck-duck-go-illusion-of-privacy.html
http://www.alexanderhanff.com/duckduckgone
http://173.21.64.166/photo_album/chron/desktop/opinion/2013_06_21-avoid_duck_duck_go/

Utilisez plutôt Startpage, un moteur qui utilise Google pour les recherches, et dont le siège social est situé aux Pays Bas. C'est pas la panacée, mais c'est toujours mieux que cette saloperie de DDG. C'est une sorte de moteur/proxy qui s'interface entre vous et Google. Sinon, si vous êtes de vrais Geeks poilus, installez votre propre moteur Seek ou Yacy.

Sabcat

DE LA MISÈRE HUMAINE EN MILIEU PUBLICITAIRE

Comment le monde se meurt de notre mode de vie

Groupe Marcuse

Editeur : Editions La Découverte - 2010

Extrait

La publicité est indissociablement un symptôme de la dévastation du monde et un de ses moteurs. Elle y contribue doublement : en poussant à la surconsommation de marchandises industrielles, elle favorise le développement d’une Économie dévastatrice, et en en voilant les conséquences, elle freine une prise de conscience chaque jour plus urgente si l’on veut éviter le pire. Elle doit donc faire l’objet d’une critique radicale, c’est-à-dire d’une analyse qui remonte à ses racines. Seuls ceux qui identifient sagesse et mollesse, esprit critique et consensus médiatique peuvent se contenter de la dénonciation de ses excès les plus flagrants. C’est seulement si l’on remonte à ses racines que l’on pourra comprendre la raison de ses abus si ordinaires, notamment de l’extrême violence qu’elle fait subir aux femmes. Mais personne n’en sort indemne, comme le montrera ce manifeste contre la publicité et « la vie qui va avec ».

La publicité ne cesse d'étendre son empire. Nous sommes chaque jour soumis à plus de 3 000 messages publicitaires. Jusqu'où ira ce bombardement ? En France, plus de 20 milliards d'euros sont investis par an en publicité - trente fois plus que le budget du ministère de l'Environnement ! Qu'y a-t-il là de si décisif pour qu'on y consacre tant d'argent, de talent et d'énergie ? C'est que le système publicitaire est indispensable à l'expansion du consumérisme et du productivisme, dont les conséquences sont catastrophiques pour les hommes comme pour la nature. La publicité est le carburant idéologique de ce sac-cage : elle nous incite sans cesse à consommer tout en nous aveuglant sur les conséquences de cette hyperconsommation. Il ne faut donc pas en rester à une critique moralisante des " excès de la publicité. Comme le montrent les auteurs de ce livre, il faut plutôt s'attacher à comprendre comment elle diffuse un mode de vie qui contribue à l'appauvrissement de la vie. Les excès si décriés apparaîtront alors sous leur jour véritable : les dernières percées d'une offensive qui, depuis trop longtemps, participe à la dévastation du monde.